La revue de presse

Brie’Nov, cette semaine, tient ses conseil d’administration et assemblée générale mixte. L’occasion de faire le point sur une année 2015 riche en événements et de projeter 2016 autour d’un living lab qui soit plus ramassé sur les projets en cours comme sur les chantiers à développer. Cela se déroulera en notre Relais des Possibles de Doue.

Par ailleurs, les réflexions sur l’évolution du travail se poursuivent et fusent de partout entre l’avènement du freelancing (30% des actifs américains), les réflexions en mode collaboratif sur les réseaux sociaux et le renouveau de l’économie sociale et solidaire.

 

Le free lancing

Alors que le digital prend toujours plus de place dans les stratégies des entreprises françaises, les créations de postes n’en sont pas pour autant facilitées. Aussi pour répondre à ces besoins ponctuels et qualifiés, les sociétés ont-elles été poussées à rechercher des talents neufs et surtout, flexibles. Parmi les entreprises faisant appel à des freelances, 68% d’entre-elles le font par manque de compétences en interne.

Compétence, souplesse, flexibilité… autant de thèmes que l’on retrouve aujourd’hui autour de la réforme du code du travail et de la loi El Khomri.

A lire

 

 

Les cases croûtes de Cédric

L’homme est rond et convivial. Au-delà, il a créé un univers sur YouTube dans lequel il triture  la notion de travail au XXIe siècle. Un ton, des éléments qui vous surprendront, d’autres moins, mais il participe aussi à cette réflexion globale sur l’apport du numérique dans la relation au travail entre les compétences et le projet d’entreprise et les bouleversements générés.

A voir

 

 

La société coopérative d’intérêt général, l’entreprise du futur ?

Un article sur Novethic qui présente ce modèle coopératif et ses spécificités. On ne pourra contredire cette approche, l’expérience de Nomade Office nous a montré tout l’intérêt de cette forme d’entrepreneuriat. L’article souligne, et c’est cela l’intérêt, que l’économie sociale et solidaire attire l’attention de près de 50% des jeunes diplômés de grandes écoles. Si cet engagement se confirme, ils seront aussi les acteurs de la modernisation du modèle coopératif.

A lire

 

 

EDF s’engage sur le télétravail

Un accord prometteur pour une grande entreprise qui enfin s’engage. Il propose de travailler une journée par semaine, à la maison et de défrayer cet usage à hauteur de 100€ par an. On a encore du mal à bien comprendre le projet d’animation RH de l’entreprise mais, manifestement, l’accord a rassemblé l’ensemble des organisations syndicales.

A découvrir

EDF : un accord pour favoriser le développement du télétravail

Pin It on Pinterest